A quand le prochain séisme destructeur ?


A l'échelle de quelques milliers d'années, la sismicité est relativement stable. Ainsi la connaissance de la sismicité historique locale des Pyrénées permet d'avoir une bonne idée de la sismicité que nous devrions avoir dans le même laps de temps à venir. Elle est révélatrice des risques passés et par conséquent des risques futurs.

Une région très sismique

Avant les années 60, nous n'avions pas de moyens d'enregistrement des séismes. La connaissance de la sismicité historique repose sur les témoignages écrits des archives civiles et religieuses, et seuls les séismes destructeurs sont connus. Des équipes de chercheurs ont pu remonter jusqu'à la fin du Moyen-Âge (carte ci-dessous). Depuis 1960, la présence de stations sismologiques permet non seulement de déterminer les magnitudes mais également de détecter les séismes plus faibles, non destructeurs.

 

Dans les Pyrénées, les séismes sont très fréquents (+ de 500 par an) mais l'immense majorité ne dépassent pas 3 de magnitude. Le massif connaît tous les ans quelques événements de magnitude 4 et tous les 15 à 20 ans (en moyenne), un séisme de magnitude 5. En revanche, certains séismes (beaucoup plus rares) peuvent être plus intenses et potentiellement dangereux. Ce fut le cas à plusieurs reprises par le passé.

Quelques séismes destructeurs

Carte de sismicité historique des Pyrénées © Observatoire Midi-Pyrénées
Carte de sismicité historique des Pyrénées © Observatoire Midi-Pyrénées

La crise catalane de 1427-1428

Pendant plus de deux ans, une crise sismique d'une violence inouïe secoue toute la Catalogne. Elle débute le 13 mars 1427 dans la région d'Amer (près de Gérone) et culmine le 2 février 1428, date à laquelle se produit le plus fort séisme jamais répertorié dans toute l'histoire des Pyrénées. Ce dernier occasionne des dégâts catastrophiques à toute la région de Puigcerda, Prats-de-Mollo, Camprodon et jusqu'à Olot. Les pertes humaines se chiffrent par centaines.


Le séisme de Bigorre du 21 juin 1660

Ce séisme, survenu le 21 juin 1660, reste à ce jour le plus fort ayant de mémoire humaine affecté les Pyrénées françaises. Bagnères-de-Bigorre, Lourdes et de nombreux villes et villages de Bigorre subissent des dégâts considérables. Deux autres séismes, à peine moins forts, secouent la même région le 24 mai 1750 et le 20 juillet 1854.

Télécharger
Séisme de Bigorre du 21 juin 1660
1660__seisme-bigorre.pdf
Document Adobe Acrobat 854.6 KB

Le séisme d'Arette du 13 août 1967

Le séisme d'Arette, d'une magnitude de 5,3 sur l'échelle de Richter, est celui qui a été le plus ressenti en France depuis celui de Lambesc en 1909. Le bilan est lourd : 62 communes déclarées sinistrées, 2283 immeubles atteints dont 340 irréparables. Il a été ressenti dans toute l'Aquitaine et le nord de l'Espagne.

Télécharger
Témoignage de Jean-Marie Lonné-Peyret, ancien maire d’Arette, sur la reconstruction du village.
seismearetteinfos.pdf
Document Adobe Acrobat 230.8 KB

Le séisme d'Arudy du 29 février 1980

Le tremblement de terre d'Arudy a été d'une magnitude de 5,2 sur l'échelle de Richter. Le séisme s'est déroulé dans la soirée. Il a provoqué la frayeur chez certains habitants. Partout les murs ont bougé et se sont plus ou moins fissurés. Le plâtre des maisons anciennes a dégagé beaucoup de poussière. Les dégâts ont été importants sur 25 communes. Le collège d'Arudy a connu quelques dommages. Il a d'ailleurs été reconstruit par la suite conformément aux normes parasismiques.


Le séisme de Saint-Paul de Fenouillet (66) du 18 février 1996

A 2h45 du matin, une violente secousse est ressentie dans les départements des Pyrénées-Orientales, de l’Ariège et de l’Aude. L’épicentre se trouve à Saint-Paul de Fenouillet (66) où les personnes debout ont perdu l’équilibre. Sa magnitude est évaluée à 5,2.

Aucune victime humaine n'est à déplorer. En dehors de la zone épicentrale, les dommages sont plutôt modérés, il s’agit essentiellement de fissurations des plafonds, des murs, des chutes de tuiles... Il peut être comparé au séisme de 1922 car il s’est produit dans le même secteur géographique, avec les mêmes effets.

Et maintenant ?

Nous venons de voir que l'analyse de la sismicité historique et instrumentale permettent de connaître la probabilité qu'un séisme survienne. Les Pyrénées ont connu et connaîtront d'autres séismes majeurs parfois destructeurs. A quand le prochain ?  Demain ou dans 2, 50 ,150 ans ? 


La date est inconnue mais l'issue est inéluctable. Reste alors à s'y préparer au mieux, améliorer la prévention et faire en sorte que ses conséquences soient les moins néfastes possibles.

 

Lire la suite